Ingénieur robotique : programmer le cerveau des machines

Spécialiste des systèmes automatisés, de la mécanique, de l’électronique, de la programmation, l’ingénieur en robotique mêle des compétences techniques pointues à une belle créativité, dans un secteur très innovant et stimulant. Un vrai métier d’avenir!

 

INFORMATIONS CLEFS Salaire à l’embauche Secteurs d’activité principaux ça recrute ? Filière de formation principale
Environ 2500 euros brut mensuels Entreprises industrielles, BTP, automobile, aéronautique,

etc.

Oui, notamment en Ile-de-France Ecole d’ingénieurs. A HEI, la spécialisation conception mécanique ou la  spécialisation “mécatronique-robotique”(en alternance)

Quel est le travail d’un ingénieur robotique?

Construire des robots, un rêve d’enfant ? C’est le cœur de métier de l’ingénieur roboticien. La robotique est un secteur en pleine ébullition. Entre le développement de l’intelligence artificielle, et de nombreux défis mécaniques et programmatiques, les ingénieurs en robotique doivent trouver comment contrôler et rendre plus intelligents, autonomes, performants des systèmes robotisés, par nature interdisciplinaires… Les sujets sont nombreux et passionnants !  

Mais prenez garde à vous faire une idée juste du métier. L’univers de la robotique fascine, en témoigne la richesse des imaginaires autour de la figure du robot, depuis le livre d’Asimov jusqu’à Westworld ou Real Humans. Si votre ambition est d’inventer le robot-chirurgien de demain, un futur compagnon humanoïde ou un rover capable d’explorer et d’analyser les fonds marins, ce sera sans conteste vers la recherche qu’il vous faudra vous diriger ! 

Le quotidien de l’ingénieur en robotique l’amènera davantage à travailler pour l’industrie du futur, qu’on appelle aussi l’industrie 4.0. Et ce dans des secteurs très variés comme le secteur médical ou agricole, pour imaginer, concevoir et programmer des robots ou des lignes automatisées capables de réaliser des tâches précises. Par exemple, pour développer les futurs systèmes automatisés qui appuient la préparation de commande dans les entrepôts logistiques, concevoir un logiciel pour le développement d’un véhicule autonome, ou développer des capteurs connectés pour des systèmes industriels, en industrie cosmétique ou pharmaceutique.

Ingénieur robotique, ses missions principales

  • élaborer des propositions techniques, concevoir des prototypes
  • conception mécanique
  • programmation informatique
  • élaborer et mener à bien des tests et des essais de validation
  • établir des cahiers des charges pour la fabrication
  • mise au point et maintenance des robots et systèmes robotisés
  • concevoir et actualiser les dossiers techniques, la documentation des robots, à des fins de sécurité, de respect des normes, etc.

 

L’ingénieur robotique peut exercer à toutes les étapes de la vie du robot, de sa conception à sa maintenance. Il est amené parfois à diriger un service et donc à endosser un rôle de responsable, ou à coordonner les activités d’une équipe faisant intervenir d’autres profils d’ingénieur : électronique, informatique, mécanique, etc. Parmi les métiers qu’il exerce, on retrouve des postes d’ingénieur robotique en R&D, d’ingénieur études, ingénieur maintenance, ingénieur essais / simulation mécaniques, etc. 

 

Dans quels secteurs exerce l’ingénieur robotique ?

Les principaux secteurs d’embauche des ingénieurs robotiques sont le secteur industriel (automobile, l’aéronautique, le secteur des transports de façon générale), le secteur médical, pharmaceutique, cosmétique, la Défense, l’agriculture,  le BTP, la logistique… Les ingénieurs roboticiens exercent en bureaux d’études, en PME spécialisées, en laboratoire de recherche ou au sein de grands groupes. On le devine : les possibilités sont donc nombreuses et l’ingénieur en robotique a la chance de pouvoir adapter ses compétences à de nombreux secteurs d’activités. Un atout quand on apprécie de varier les expériences professionnelles.

 

Avec qui l’ingénieur robotique travaille-t-il ?

L’ingénieur en robotique travaille généralement en équipe, et peut jouer un rôle de chef d’orchestre dans l’élaboration d’un robot, en sollicitant des compétences variées comme la mécanique, la programmation informatique, l’automatisation…

 

L’ingénieur robotique, un polyvalent ingénieux toujours en veille

L’ingénierie robotique connaît une évolution technique constante. Le principal enjeu des ingénieurs en robotique consiste donc à maintenir leurs connaissances à jour, et de rester en permanence en veille sur leur métier. L’innovation joue un rôle clé en robotique, et se met au service d’une production industrielle toujours plus efficiente.

 

Les compétences clés de l’ingénieur en robotique

Un ingénieur en robotique est souvent un ingénieur polyvalent, aux compétences scientifiques et techniques expertes et multiples : mathématiques, mécanique, génie informatique, hydraulique, pneumatique, électronique… 

Il maîtrise les logiciels de conception assistée par ordinateur propre à son métier, et dispose de connaissances fines en conception et pilotage des robots, en modélisation dynamique, sur les systèmes embarqués, etc. Toutes ces compétences lui permettent d’avoir une vue d’ensemble des projets qui lui sont confiés.

Ce touche-à-tout est aussi solutionniste, ingénieux et créatif, car il doit souvent trouver des solutions à des problèmes complexes. 

Enfin, l’ingénieur en robotique est curieux, et en veille constante sur son métier car la robotique est un domaine de pointe où les connaissances peuvent vite devenir obsolètes si on ne les actualise pas régulièrement. 

 

Les qualités à développer pour être ingénieur en robotique

Un bon ingénieur roboticien développera les savoir-être suivants :

  • la créativité, l’inventivité
  • la réactivité
  • la capacité à travailler et à prendre des décisions sous pression
  • la rigueur et l’organisation
  • une belle aisance relationnelle
  • des compétences en management d’équipe et en gestion de projet.

Quelle formation pour devenir ingénieur robotique?

Après un parcours et un bac en filière générale ou en filière technologique, un ingénieur robotique est généralement issu d’une école d’ingénieur et diplômé de niveau master / bac+5. Au sein de HEI, la spécialité "conception mécanique" ou la spécialité “mécatronique et robotique”, accessible en alternance, forme des ingénieurs en robotique performants et au fait de la réalité du métier grâce à la formation professionnalisante que reçoivent les étudiants (stage long en entreprise dans des rôles d’assistant ingénieur par exemple, utilisation des logiciels métiers, formation aux enjeux de la profession, etc.). Au programme, initiation à la robotique, commande pour les robots, design industriel, intégration mécatronique, CAO et prototypage, actionneurs et dimensionnement des actionneurs, mécanique vibratoire, conception et pilotage des robots, challenge mécatronique, vision industrielle pour la robotique, sûreté de fonctionnement…
Découvrir le domaine

Quelle évolution de carrière possible pour l’ingénieur robotique ?

Avec leurs connaissances et leurs maîtrises de technologies de pointe, les ingénieurs roboticiens sont souvent des spécialistes dans les entreprises qui les emploient. Mais leur polyvalence leur permet de passer facilement d’un secteur d’activité à un autre. S’il le souhaite, l’ingénieur en robotique peut évoluer vers des postes en Recherche et Développement, vers des projets de recherche fondamentale, ou vers des postes de management ou de gestion de projet. Ils peuvent être amenés à prendre des fonctions de direction ou évoluer vers un poste commercial si la vente les intéresse.

Les offres d’emploi, y compris en CDI, ne sont pas rares, les compétences de l’ingénieur en robotique intéresse beaucoup le secteur industriel. On dénombre environ 35 000 ingénieurs en robotique en France aujourd’hui. 

Côté salaire, l’ingénieur en robotique peut espérer toucher environ 30 à 40 K€ par an pour leur premier emploi, des salaires qui peuvent grimper rapidement après quelques années d’expérience.

Partages