10 conseils pour réussir son CV d’ingénieur

Futur ingénieur, travaillez votre CV pour donner envie aux recruteurs de vous rencontrer : soyez concrets et précis et mettez vos résultats en lumière.

Prêt à devenir ingénieur, prêt à gagner le marché de l’emploi, vous devez passer par la création de votre CV pour l’envoi de vos candidatures. Que vous cherchiez un stage ou votre premier emploi, il est important de ne pas prendre cette étape à la légère et de construire un CV solide, qui reflète vos aptitudes professionnelles et votre personnalité pour exercer le métier d’ingénieur. Voici 10 conseils pour le réussir.

 

Conseil n° 1 : Bien organiser son CV

Un CV d’ingénieur généraliste doit refléter les compétences, les expériences professionnelles et les aptitudes acquises au cours de la formation. Comme il doit tenir sur une seule page, il est important de bien organiser les différentes rubriques du CV. Vous devez faire figurer sur votre CV : 

    • vos expériences professionnelles pertinentes pour l’offre d’emploi ou de stage que vous visez. Elles doivent apparaître bien en évidence et ce sera la partie la plus étoffée de votre CV. Tous vos stages sont à considérer comme des expériences professionnelles à part entière. Notez bien la période de l’expérience, le nom de l’entreprise, un intitulé de votre poste et un descriptif de vos résultats ;
    • votre parcours de formation ;
    • vos informations personnelles (adresse, numéro de téléphone, adresse mail) ;
    • vos expériences extra-professionnelles. Il ne s’agit pas tant de mentionner vos hobbies que vos expériences pertinentes. Par exemple, si vous êtes bénévole dans votre club de sport, vous pouvez souligner les compétences que cela vous apporte en communication ou en gestion de projet.

 

Conseil n° 2 : adapter son CV au poste visé

Un bon CV ne doit normalement pas être un CV passe-partout. Au contraire, il est important d’adapter son CV, pour faire ressortir dans vos expériences passées, ou dans la formation que vous avez reçue, les éléments qui correspondent le plus à l’emploi auquel vous postulez. 

Vous cherchez à décrocher un stage en génie informatique ? Soulignez les projets menés au cours de vos études dans cette discipline et les résultats que vous avez obtenus. Vous voulez décrocher votre premier emploi en ingénierie mécanique ? Montrez ce que vos stages vous ont appris dans ce domaine.

 

Conseil n° 3 : bien hiérarchiser ses compétences

Plus que vos expériences passées, votre CV doit mettre en valeur vos compétences, ce que vous savez faire, les résultats que vous savez obtenir. 

Avant de passer à la phase de rédaction de votre CV, prenez le temps de relire votre parcours avec cette question à l’esprit : quelles compétences ai-je mobilisées dans telle expérience ? 

Par exemple, lors de votre stage d’exécution en première ou en deuxième année d’école d’ingénieur, vous avez mobilisé des compétences comme la rigueur, la capacité à suivre un plan de montage à la lettre, des compétences techniques comme l’utilisation d’un logiciel ou des connaissances en électronique, en mécanique, en ingénierie, etc. De même, vous avez réalisé des projets pendant votre formation en école. Interrogez-vous : de quoi suis-je fier dans mes projets ? Quelles compétences ai-je acquises en les menant à bien ? 

 

Vous pouvez réfléchir en termes de savoir-faire d’une part (les compétences techniques) et de savoir-être d’autre part (les qualités humaines, les soft skills). 

 

Sélectionnez les plus pertinentes pour le poste visé et indiquez-les sur votre CV, en les associant à vos expériences professionnelles. Vous pouvez aussi reprendre deux ou trois compétences clés dans l’intitulé de votre CV.

 

Conseil n° 4 : mettre en avant le meilleur de ses expériences non professionnelles

Avoir des expériences en dehors de la seule sphère professionnelle et de l’école apporte toujours une plus-value à votre parcours. Pour bien les mettre en avant, il faut encore une fois sélectionner les éléments appropriés au poste visé, et ceux qui feront le plus ressortir vos qualités, vos savoir-faire et votre personnalité. Ne listez pas des hobbies au kilomètre pour vous faire plaisir, et surtout ne mentez pas. Mieux vaut ne pas indiquer de ligne « hobby » que de s’en inventer un. 

 

Vos centres d’intérêt doivent montrer qui vous êtes : pratique de la musique, d’un sport, ou encore bénévolat apporteront des informations intéressantes aux recruteurs. Sachez les mettre en avant. Ainsi, si vous êtes sportif dans l’âme, vous pouvez souligner vos réussites : « finisher des 10 km des foulées lilloises » en dit beaucoup sur votre persévérance et votre esprit conquérant. 

 

Conseil n° 5 : tirer toute la valeur ajoutée de ses stages

Vos périodes de stage en entreprise sont de véritables expériences professionnelles, à part entière. À la fin de chacune d’elles, prenez le temps d’en dresser un bilan : vos rapports de stage doivent d’ailleurs vous y aider. 

Pour votre CV, conservez de ces expériences les compétences et savoir-être acquis en rapport direct avec le poste visé. Cela va de la connaissance d’un secteur ou domaine d’activité à des compétences plus pointues comme la maîtrise d’un logiciel donné. Essayez de mettre en valeur ces expériences en fonction des résultats obtenus. 

 

Conseil n° 6 : être concret et orienté résultats

Votre CV est un reflet de votre profil, il doit donner envie au recruteur de vous contacter. Il doit donc vous « vendre ». Pour cela, il est important d’être concret et orienté résultats dans la présentation de vos expériences. Par exemple, si vous avez par le passé effectué un stage dans le service R&D d’une industrie agroalimentaire et que vous visez un poste d’ingénieur R&D, soulignez les missions qui vous ont été confiées, et surtout ce que votre travail a apporté à l’entreprise qui vous employait : « mise à jour de X documents techniques », « planification et réalisation de X essais »… Soyez précis et concrets. 

 

Vous pouvez recourir à la technique des listes à puce pour présenter vos résultats, à la suite de l’intitulé de votre expérience. Pour chaque expérience, limitez-vous à deux ou trois apports concrets et importants pour le poste visé pour éviter d’alourdir le CV.

 

Conseil n° 7 : valoriser sa formation en école

La ligne « formation » de votre CV ne doit pas se contenter de fournir l’intitulé de votre spécialisation. Vous pouvez l’utiliser aussi pour mentionner les projets menés dans le cadre de votre parcours en école d’ingénieur, et mettre en avant les compétences techniques et humaines acquises. 

 

En tant que jeune ingénieur, vous pouvez mentionner votre baccalauréat, votre diplôme à bac+2 si vous êtes entré en école d’ingénieur après une classe prépa ingénieur, un BTS ou un DUT, et bien sûr votre diplôme d’école d’ingénieur, à bac +5, avec votre spécialisation. 

 

Vous êtes encore en étude et vous travaillez votre CV pour un stage ? Mentionnez votre année d’études en cours, et la dominante de votre parcours.

 

Conseil n° 8 : donner un titre à son CV

Ne négligez pas de donner un intitulé accrocheur à votre CV. Attention, accrocheur ne signifie pas racoleur. L’intitulé de votre CV doit être simple, concret, droit au but. 

Par exemple, si vous cherchez un poste d’ingénieur d’affaires, vous pouvez préciser dans votre intitulé le secteur que vous privilégiez. Vous pouvez aussi profiter de l’intitulé pour mettre en avant une compétence précise : « ingénieur environnement, spécialiste en génie de l’eau » par exemple. 

 

En cas de doute, faites simple et adapté à l’offre à laquelle vous postulez.

 

Conseil n° 9 : souligner sa maîtrise de l’anglais… et d’autres compétences métiers clés.

Les ingénieurs d’aujourd’hui doivent maîtriser l’anglais impérativement. Un recruteur, cependant, sera plus sensible à une donnée concrète et mesurable comme votre score au TOEIC ou au TOEFL qu’à une affirmation péremptoire de votre part. N’hésitez pas à passer ces certifications, et à indiquer votre score sur votre CV. Valorisez également vos expériences à l’étranger que vous avez eues pendant votre formation.

 

De la même façon, vous pouvez indiquer votre degré de maîtrise de logiciels métier ou d’autres compétences techniques importantes pour votre futur emploi, en étant toujours aussi précis que possible. Par exemple, si vous maîtrisez un langage informatique particulier, indiquez-le !

 

Conseil n° 10 : travailler la mise en page de son CV

Enfin, même si le design de votre CV vous paraît un élément superflu, il est presque aussi important que le fond, pour attirer l’œil de vos futurs recruteurs, pour montrer que vous avez consacré du temps et de l’énergie à votre CV. Votre mise en page souligne aussi, mine de rien, votre personnalité. Un CV clair, bien hiérarchisé, sera un bon indice de votre esprit de synthèse. Un CV un peu plus original pourra mettre l’accent sur la créativité de votre profil. Trouvez le bon dosage, encore une fois en fonction du poste et de l’entreprise visée. 

 

Dans tous les cas, n’oubliez pas que votre CV accompagne votre lettre de motivation et ne doit pas la répéter. Ce tandem de choc doit refléter votre personnalité, votre dynamisme et votre motivation. N’imaginez pas qu’ils doivent tout dire : CV et lettre de motivation doivent d’abord donner envie de vous rencontrer. Prenez le temps de les soigner !

A découvrir: nos conseils pour rédiger une bonne lettre de motivation.

Partages